Le livre

 

Traduit dans une trentaine de langues partout dans le monde, le roman La petite fille qui aimait trop les allumettes, publié en 1998, est porté au grand écran par le producteur Marcel Giroux et le cinéaste Simon Lavoie.

Le film mettra en vedette la jeune comédienne Marine Johnson, entourée d'Antoine L'Écuyer, d'Alex Godbout, de Laurie Babin-Fortin et de Jean-François Casabonne.

La petite fille qui aimait trop les allumettes raconte l'histoire de deux adolescents élevés seuls par leur père dans un manoir décrépi à la campagne. Simon Lavoie promet une relecture personnelle de l'œuvre de Gaétan Soucy, avec « une signature visuelle forte et des personnages intenses et attachants ». Simon Lavoie a également réalisé les longs métrages Laurentie et Le torrent. Pour l'instant, aucune date de sortie n'a été précisée pour ce nouveau film du jeune cinéaste. Rappelons que l'écrivain Gaétan Soucy est mort en 2013 d'une crise cardiaque à l'âge de 54 ans.

 
 

Gaétan SOUCY

Auteur du roman

Gaétan Soucy est né à Montréal le 21 octobre 1958. Après des études en sciences au niveau collégial, puis en physique et en mathématiques à l’Université de Montréal, il termine des études littéraires à l’Université du Québec, puis obtient une maîtrise en philosophie avec un mémoire remarqué sur la théorie transcendantale des sciences dans la philosophie critique kantienne. Consacrant quelques années à l’étude de la langue et de l’écriture japonaises, il séjourne régulièrement au Japon à partir de 1986. En 1994, il publie L’Immaculée Conception, connu en France sous le titre 8 décembre (éd. Climats), ce qui lui a valu d’être honoré par le Festival du Premier roman de la ville de Chambéry (France). En 1997, il publie aux Éditions du Boréal son second roman, L’Acquittement, qui remporte le Grand Prix du Livre de Montréal. En 1998, il publie La Petite fille qui aimait trop les allumettes (lauréat du Prix Ringuet de l’Académie des lettres du Québec), qui constitue dès sa sortie un évènement littéraire lui valant une véritable reconnaissance internationale. En 2001, il publie Catoblépas, une œuvre théâtrale qui a été créée par le Théâtre UBU et qui sera présentée cette année-là au Théâtre d’Aujourd’hui. En 2002, il publie Music-Hall ! qui remporte le Prix des libraires du Québec, de même que le Prix France-Québec / Jean-Hamelin. En 2003, il reçoit le Grand Prix de Littérature française hors de France (Fondation Nessim Habif) pour son œuvre et plus particulièrement pour Music-Hall ! Gaétan Soucy est décédé à Montréal le 9 juillet 2013.

 
Nous avons dû prendre l’univers en main mon frère et moi, car un matin un peu avant l’aube, papa rendit l’âme sans crier gare. Sa dépouille crispée dans une douleur dont il ne restait plus que l’écorce, ses décrets si subitement tombés en poussière, tout ça gisait dans la chambre de l’étage où papa nous commandait tout, la veille encore. Il nous fallait des ordres pour ne pas nous affaisser en morceaux, mon frère et moi, c’était notre mortier. Sans papa, nous ne savions rien faire. À peine pouvions-nous par nous-mêmes hésiter, exister, avoir peur, souffrir.
— Extrait de « La petite fille qui aimait trop les allumettes » de Gaétan Soucy